Une information juridique de première ligne pour les réfugiés du Parc Maximilien

A l’initiative du Ministre des Maisons de Justice au Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rachid Madrane, de la Commission d’Aide juridique de Bruxelles et de l’Ordre français des Avocats du Barreau de Bruxelles, une aide juridique de première ligne à l’attention des réfugiés est mise en place à partir d’aujourd’hui au Parc Maximilien.

L’aide juridique de première ligne permet à tout citoyen d’avoir accès gratuitement, lors d’une consultation confidentielle auprès d’un avocat ou d’un juriste, à des informations juridiques, un premier avis juridique ou des renseignements pratiques.

Pour répondre aux questions des réfugiés à la recherche de premières informations juridiques, la Commission d’Aide Juridique organise une permanence en face de l’Office des Etrangers. Les avocats y reçoivent les réfugiés dans deux véhicules de commandement mis à disposition par le SIAMU et sa Ministre de tutelle, la Secrétaire d’Etat à la lutte contre l’incendie et l’aide médicale urgente, Cécile Jodogne.

Par ailleurs, une fiche d’information sera diffusée dans le campement. Rédigée en français, arabe et anglais, elle informe les réfugiés de leurs droits lors d’une demande d’asile et du déroulement de la procédure.

« Tout un chacun doit pouvoir être informé de ses droits, rappelle Rachid Madrane. Cela vaut évidemment aussi pour les réfugiés qui arrivent désemparés sur notre territoire. Il entrait dans nos missions de leur proposer une première orientation pour les aider dans leurs démarches de demandes d’asile, et il nous semblait important d’être présents sur place pour faciliter leur accès à l’information.»

« L’Ordre français des avocats du Barreau de Bruxelles et la Commission d’aide juridique francophone de Bruxelles mettent leurs moyens à la disposition des candidats réfugiés pour leur assurer une aide juridique de première ligne adaptée à leur situation. Le Barreau et la CAJ sont en effet particulièrement sensibles à la reconnaissance des droits de ces personnes précarisées, rappellent le bâtonnier de l’Ordre français des avocats du Barreau de Bruxelles, Stéphane Boonen, et  Vinciane Gillet, Présidente de la Commission d’aide juridique de Bruxelles. »