Rôle des assistants de justice dans le congé pénitentiaire de Benjamin Herman: le Ministre Madrane tient à apporter un éclaircissement

Suite au compte rendu fait par la presse du débat d’actualité qui s’est tenu à la Chambre cet après-midi, au cours duquel il semble que le Ministre Geens ait évoqué la prise en compte d’un avis émis par un assistant de justice, administration de la Communauté française, pour accorder le congé pénitentiaire de M. Benjamin Herman, le Ministre des Maisons de Justice, Rachid Madrane tient à apporter des précisions importantes.

Le rôle de l’assistant de justice dans ce dossier a été uniquement d’exécuter une enquête sociale en vue du congé pénitentiaire, ce qui consiste à donner un aperçu du milieu d’accueil du justiciable pendant l’éventuel congé pénitentiaire. Dans son rapport, l’assistant de justice indique aussi les possibilités d'accueil et l'engagement du milieu d'accueil à l'égard du justiciable.

Par conséquent, lors de la réalisation de l’enquête sociale, aucun membre du personnel de l’Administration des Maisons de Justice n’est amené à rencontrer directement le justiciable.

Par ailleurs, cette enquête est un élément qui doit être apprécié à la lumière d’autres avis et ce n’est en aucun cas l’assistant de justice qui participe à une délibération et encore moins à une décision d’octroi d’un congé pénitentiaire.

Sans rejeter aucune responsabilité, le Ministre Madrane tient à éclaircir le fonctionnement d’une enquête sociale faite par les Maisons de Justice en vue d’un congé pénitentiaire.

« Je ne voudrais pas que l’on puisse croire que des assistants de justice ont rencontré M. Benjamin Herman et ont jugé de sa personnalité, alors que ce n’est pas le cas », souligne le Ministre Madrane.