Plus de 360 millions pour booster la formation et l’Enseignement à Bruxelles!

Gouv Conjoint Cocof-FWB

Le Gouvernement francophone bruxellois et le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles se sont réunis, ce 18 mars 2015, pour procéder ensemble à la sélection de projets formation et enseignement cofinancés par le Fonds Social Européen (FSE). Cette décision commune est un nouvel exemple du développement des synergies entre les institutions francophones au bénéfice des Bruxellois. 

Le FSE est un des instruments financiers de l’Union européenne. Il vise à soutenir l’emploi et à renforcer la cohésion sociale au sein des États membres. Il s’attache à combattre le chômage en cofinançant des projets visant à la remise à l’emploi de qualité de tous les citoyens. En ce sens, il permet de soutenir les politiques d’emploi, de formation et d’enseignements menés sur le territoire de Bruxelles.

Le Programme Opérationnel « Wallonie-Bruxelles 2020.EU » s’articule autour de 4 axes, dont le dernier est entièrement consacré à la mise à l’emploi des jeunes, véritable enjeu à Bruxelles dont le taux de chômage avoisine les 28,7% chez les moins de 30 ans. Cet axe vise à offrir aux jeunes de moins de 25 ans un emploi, une formation ou un stage. Il permettra également de prévenir le décrochage scolaire et d’obtenir des qualifications.

Parmi les projets retenus, les Ministres Madrane et Milquet ont obtenu un montant de 1,5 millions d’euros pour mettre en œuvre un dispositif conjoint de lutte contre le décrochage scolaire. Ce montant sera doublé par la quote-part de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Ces 3 millions d’euros serviront à mettre en œuvre des cellules de concertation qui ont pour objectif de lutter contre le décrochage scolaire en touchant prioritairement le public des « NEET » (not in education, employement or training).

Ce dispositif est prévu dans le cadre du décret intersectoriel du 21 novembre 2013 qui vise au renforcement des synergies entre le secteur de l’Aide à la jeunesse et celui de l’Enseignement.

Ce projet fait partie également du dispositif « Garantie jeunes » mis en œuvre par la Région bruxelloise. Pour rappel, ce dispositif prévoit pour nos jeunes de moins de 25 ans de « se voir proposer une offre de bonne qualité portant sur un emploi, un complément de formation, un apprentissage ou un stage dans les 4 mois qui suivent leur sortie du système scolaire ou la perte d’un emploi ».

Pour Rachid Madrane: « La formation de nos jeunes est un sujet qui me parle particulièrement. Sous la législature précédente, j’étais Ministre de la Formation professionnelle à la COCOF et je me suis battu à l’époque pour dégager des moyens considérables en vue de soutenir la mise en place du dispositif bruxellois de    « Garantie pour la Jeunesse» et créer ainsi 3000 nouvelles places de formation, 1.000 emplois et 2.000 stages en entreprise à destination des jeunes chercheurs d’emploi bruxellois. Je suis en effet convaincu que la formation professionnelle est un des enjeux les plus importants de ces prochaines années pour permettre à nos jeunes de s’émanciper. Mais avant même la formation professionnelle, il y a l’école qui est fondamental dans le parcours d’un individu. Le décrochage scolaire est souvent l’aboutissement malheureux d’un processus personnel, scolaire ou familial dont les origines remontent la plupart du temps aux premiers pas dans la scolarité obligatoire. C’est pour cela qu’il est primordial de prendre le problème à la racine avant qu’il ne prenne de l’ampleur. L’objectif est de redonner le goût d’apprendre et l’envie d’aller à l’école. »