Plan National de Sécurité 2016-2019

IMG_0867

Toutes les autorités du pays compétentes en matière de justice et de sécurité étaient réunies ce 7 juin pour présenter le plan national de sécurité 2016-2019 et la note-cadre de sécurité intégrale, auxquels le gouvernement fédéral et les gouvernements des entités fédérées ont travaillé en commun.

Ces textes identifient les 10 enjeux de sécurité qui feront l’objet d’une attention prioritaire ces trois prochaines années et qui seront appréhendées de façon transversale.

La 6e réforme de l’Etat a transféré une partie de la Justice (les Maisons de Justice) aux Communautés.

De par leurs missions, les Maisons de Justice peuvent être sollicitées aussi bien en amont qu’en aval de la chaîne pénale. Elles peuvent également être sollicitées à tout moment pour la prise en charge des victimes tant dans le volet de l’aide que de l’accueil des victimes.

Il était donc important et légitime que les entités fédérées soient associées à l’élaboration de ces textes et à l’identification de ces priorités.

En tant que Ministre des Maisons de Justice de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rachid Madrane a donc voulu qu’une attention particulière soit portée aux victimes au travers de chaque priorité qui structure la note-cadre, et que la coopération soit renforcée dans leur prise en charge.

Il a également demandé de prendre particulièrement en considération les atteintes à l’intégrité de la personne (violences intrafamiliales, violences sexuelles sur mineur ou majeur) et les discriminations.

Enfin, la lutte contre le radicalisme, l’extrémisme violent et le terrorisme figure également parmi les priorités identifiées. A cet égard, la création d’un nouveau dispositif de prévention et de lutte contre le radicalisme, que le Ministre a proposé à ses collègues du Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles, devra permettre d’améliorer la prise en charge des personnes touchées par la radicalisation violente et de leurs proches.