Le Ministre de l’Aide à la Jeunesse en mission d’observation au Danemark

Mission Danemark

Le Ministre de l’Aide à la Jeunesse Rachid Madrane s’est rendu du 05 au 07 mars dernier à Aarhus au Danemark afin d’observer le modèle de « déradicalisation » mis en place par la ville.

Le Danemark est le 2eme pays européen le plus touché par les départs pour la Syrie proportionnellement à sa population (après la Belgique). On recense plus de 110 départs depuis 2011 pour une population de 5,6 millions d’habitants.

Depuis 2007, la ville d’Aarhus (deuxième ville du Danemark où les départs sont importants) travaille sur une stratégie de prévention ciblée et interdisciplinaire contre la radicalisation et l’extrémisme (extrême droite et extrême gauche).

En 2014, la politique a été renforcée par un programme plus spécifiquement dédié aux citoyens tentés par le djihad ou revenant de Syrie intitulé « exit program ».

Ce programme mis en place depuis plus d’un an commence à porter ses fruits. Depuis, un seul départ aurait été constaté contre une trentaine en 2013.

Le Danemark a une longue expérience en matière de radicalisation, la mission menée par le Ministre Rachid Madrane est donc un échange d’expérience et de pratique.

En effet, dans le cadre de sa compétence Aide à la Jeunesse, le Ministre Rachid Madrane est confronté non seulement à des mineurs qui peuvent basculer dans la radicalisation mais il pourrait être également confronté à des « returnees ».

Pour rappel, 5 jeunes sont actuellement placés en IPPJ pour des faits liés au radicalisme.

Le programme danois est basé sur une approche par le dialogue. Cette approche vise à réintégrer au sein de la société des djihadistes ayant combattu en Syrie ou des personnes radicalisées. Il s'agit, en accord avec la police et sur la base du volontariat, de leur proposer un suivi médical, psychologique et social. Le but est de les sortir de leur environnement radical et de les aider à trouver une place dans la société.

Un mentor peut être attribué, pendant plusieurs mois, aux personnes qui présentent un comportement à risques afin de les guider de façon individuelle. La ville d’Aarhus dispose, actuellement, de 8 mentors issus de domaines divers (islamologue, juriste, assistant social).

Pour Rachid Madrane : « L’idée n’est peut-être pas de transposer telle quelle la méthode mais de s’inspirer de certains éléments. L’originalité de la méthode danoise est par exemple d’attribuer des « mentors » aux jeunes. Ces mentors peuvent réellement faire un travail de désendroctriment avec le jeune. Cela pourrait être une piste. Par ailleurs, nous nous rejoignons sur toute une série de choses que nous faisons également en Belgique et en FWB, notamment  les formations qui vont être donnés à l’ensemble des travailleurs en contact avec nos jeunes. »