Le bracelet électronique pour conjoints violents: pour Rachid Madrane les moyens budgétaires doivent suivre

Suite à la proposition du chef de groupe MR d’imposer le port d’un bracelet électronique à certains conjoints violents, le Ministre en charge des Maisons de Justice à la Fédération Wallonie-Bruxelles, Rachid Madrane, tient à insister sur le fait que, si une telle proposition devait être suivie par un texte de loi,  de nouveaux moyens financiers et humains devront être déployés.

Pour rappel, dès le 1er janvier 2015, le Centre national de surveillance électronique sera transféré aux Communautés et intégré dans la nouvelle administration des Maisons de Justice.

L’usage du bracelet électronique a connu une forte augmentation ces dernières années : 2.023  personnes sont actuellement sous surveillance électronique en Belgique (chiffre au 01/12/14 toutes catégories confondues) alors qu’elles étaient 1.263 au 30/11/2012. Cette augmentation a un impact considérable sur la charge de travail des assistants de justice.

Par ailleurs, le Ministre Rachid Madrane rappelle que chaque mesure prise au niveau du Fédéral qui aurait un impact sur le travail des Maisons de justice doit être élaborée en concertation avec les Communautés. Le Ministre appelle à la mise en place rapide de la « conférence interministérielle Justice » qui doit être le lieu de concertation entre les niveaux de pouvoir comme négocié dans la 6ème réforme de l’Etat.