Crise politique francophone: le CDH bloque le financement de places en faveur des jeunes les plus vulnérables

En octobre dernier, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles décidait d’augmenter le budget du secteur de l’Aide à la Jeunesse de 11,3 millions pour l’aider à répondre aux besoins énormes auxquels il est confronté. Cet effort s’est traduit notamment par la création de places d'hébergement et le renforcement des prises en charge dans le milieu de vie des jeunes les plus vulnérables.

Suite à ce refinancement, un appel à projets a été lancé en novembre 2016, pour la création de 120 prises en charge en accompagnement et de 100 places d’hébergement.

Le principal critère de sélection retenu était la localisation des services dans les zones prioritaires qui nécessitaient un renforcement urgent. Ces zones ont été identifiées sur base du premier rapport d'évaluation des capacités réservées (mars 2016) qui, en reprenant l'ensemble des demandes non rencontrées, permet pour la première fois d'objectiver les besoins en termes de type de service et de territoire.  Les constats étaient le manque de prises en charge en accompagnement en Service d’Aide et d’Intervention Educative (SAIE) pour près de 1000 situations et le manque de places en hébergement en Services d’Accueil et d’Aide Educative (SAAE) pour près de 600 places. Les trois zones prioritaires identifiées étaient Bruxelles, Charleroi et Liège.

L’appel impliquait la capacité du service à ouvrir au plus tard le 1er avril 2017 pour les SAIE et au plus tard le 1er juillet 2017 pour les SAAE, afin de répondre aux besoins pressants de prises en charge d’enfants parfois très jeunes en situation de grande souffrance et de danger.

Ces places sont aujourd’hui créées et les structures en question sont en attente de leur subvention. Ce point était donc à l’ordre du jour de Gouvernement de cette semaine mais le CDH a décidé de le bloquer.

Après le report de l’adoption au Parlement du nouveau Code de la prévention, de l’aide à la jeunesse et de la protection de la jeunesse qui refonde l’ensemble du secteur de l’Aide à la Jeunesse, après le report de l'adoption d'une modification décrétale visant à permettre une meilleure intégration des sportifs en situation de handicap, le Ministre Madrane déplore une nouvelle fois l’attitude irresponsable du CDH visant à empêcher des services, déjà en place, de fonctionner. Cette attitude met en péril la situation des enfants hébergés et accompagnés et près d’une centaine d’emplois.

 « Après les sportifs en situation de handicap, le CDH prend aujourd’hui en otages des enfants en grande difficulté. Manifestement, l’envie de gouverner avec une autre majorité semble faire perdre le sens des responsabilités au CDH » déplore le Ministre Madrane.

Par ailleurs, l’argument de Madame Greoli pour justifier ce blocage consistant à dire que certaines structures seraient trop politiquement orientées ne tient pas la route. Je me permets de lui rappeler que nous avons reçu trop peu de projets que pour avoir à favoriser quiconque; tous les projets répondant à des besoins importants dans les zones géographiques prioritaires ont été acceptés.

Enfin, vu l'urgence qu'il y avait à trouver des réponses aux nombreuses demandes non rencontrées de placement et de prise en charge, les nouvelles structures mises en place travaillent déjà: cette nouvelle manœuvre politique créée donc une situation financière difficile pour elles. »