Aide à la Jeunesse et Enseignement : des synergies renforcées pour mieux lutter contre le décrochage scolaire

décrochage scolaireL’accrochage scolaire et le bien-être à l’école sont des questions cruciales pour l’Aide à la Jeunesse.

Les acteurs de l’Aide à la Jeunesse sont confrontés de façon récurrente aux difficultés liées à la scolarité.

Or le décrochage scolaire marque souvent un risque de basculement vers d'autres difficultés.

Il est donc fondamental de le prévenir en intervenant avant qu’il ne compromette le parcours du jeune.

C’est pourquoi, la Ministre de l’Enseignement, Joëlle Milquet et le Ministre de l’Aide à la Jeunesse, Rachid Madrane ont voulu renforcer leur collaboration dans la promotion du bien-être à l'école.

Pour Rachid Madrane : « L’éducation, c’est une coopération entre l’école, la famille, le quartier,… Ce sont des partenaires, à la fois différents et complémentaires. Il est important que l’école s’ouvre à son environnement. Il faut jeter des ponts entre nos deux secteurs, il faut décloisonner et travailler en collaboration. »

Cette collaboration a été formalisée à travers le décret intersectoriel du 21 novembre 2013.

Aujourd’hui, l’Europe offre une opportunité supplémentaire de renforcer les collaborations et de donner un nouvel élan à la lutte contre le décrochage scolaire et à la promotion du bien-être à l’école puisque la Fédération Wallonie-Bruxelles participe à l’initiative Garantie pour la Jeunesse, initiée par la Commission européenne.

La Ministre de l’Enseignement et le Ministre de l’Aide à la Jeunesse ont réussi à obtenir dans ce cadre des budgets importants (près de 5,5 millions d’€) pour des projets conjoints – des projets de collaborations très concrètes entre les services de l’aide à la jeunesse (services AMO, services d’accrochage scolaire (SAS), projets pédagogiques particuliers non-mandatés (PPP)) et les écoles.

Un appel à projets a été lancé vers les établissements scolaires et les acteurs de l’Aide à la Jeunesse. L’appel à projets concerne les trois zones les plus touchées par le chômage des jeunes, comme le prévoit le Fonds Social Européen : la province du Hainaut, la province de Liège et la Région de Bruxelles-Capitale.

Les projets doivent soutenir des actions permettant :
- d’aller à la rencontre des jeunes en difficulté et de définir un cadre d’accompagnement et un suivi régulier et continu,
- de renforcer les dispositifs d’accompagnement par la mise en place du soutien scolaire et de la remédiation permanente,
- de mobiliser les parents et de leur offrir un soutien pour assurer le suivi scolaire de leurs enfants, …

Il faut au minimum que le partenariat rassemble deux établissements scolaires, les CPMS concernés par les écoles et un partenaire extérieur qui relève de l’Aide à la Jeunesse.

Pour Rachid Madrane : « L’initiative européenne vient donner une nouvelle dynamique aux collaborations entre acteurs de l'aide à la jeunesse et de l'enseignement, qui doivent être multipliées. C'est une impulsion bienvenue à l'action, notre objectif est de pérenniser ensuite les bonnes pratiques."

Les candidats ont jusqu'au 21 septembre pour remettre leur dossier de candidature.

L'appel à projets est disponible via ce lien.